Chapitre 1

Enjeux climatiques

polar-b

Le réchauffement climatique,
c’est quoi ?

Les changements climatiques de la planète  ont pour effet son réchauffement climatique.

Le réchauffement climatique est principalement dû aux émissions de gaz à effet de serre (GES).

La consommation de combustibles fossiles (hydrocarbures), notamment pour la production d’énergie, joue un rôle majeur dans l’émission de ces gaz.

Dans son dernier rapport, les scientifiques du GIEC (Groupe d’Experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), a souligné l’accélération des changements climatiques, l’urgence de lutter contre ces dérèglements, sans quoi les températures moyennes de la planète risqueraient d’augmenter à des niveaux dangereux ,provoquant catastrophes naturelles, sécheresses, inondations, fonte des glaciers, etc..

Pourquoi consomme-t-on tant d’énergie ? Et lesquelles ?

Entre 1950 et 2010, la population mondiale est passée de 2,5 milliards à 7 milliards d’habitants. Cet accroissement démographique s’est accompagné d’une démocratisation des modes de vie et de consommation encourageant une consommation accrue d’énergie.

Face au réchauffement,
le changement s’impose

Le constat du réchauffement climatique, de la pollution de l’environnement et de la raréfaction inévitable des combustibles fossiles nous amène à repenser le modèle de développement de nos économies afin d’économiser les ressources, de préserver la nature, d’atténuer le réchauffement climatique et de prévenir les conflits.
C’est ce qu’on appelle le développement durable, modèle qui, en se basant sur les trois piliers que sont l’économique, le social et l’environnemental s’appuie sur l’idée que le développement doit répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins

Chapitre 2

Énergies renouvelables dans le monde

Qu’est-ce qu’une énergie renouvelable ?

Une énergie est dite renouvelable lorsqu’elle provient d’une source que la nature renouvelle en permanence, par opposition à une énergie non renouvelable dont les stocks s’épuisent (comme le pétrole par exemple).On l’appelle aussi « énergie propre » ou « énergie verte » car son exploitation n’engendre que très peu de pollution et de déchets.
Le recours à une énergie renouvelable permet d’éviter l’émission de gaz à effet de serre, phénomène inévitable lorsque l’énergie est de source fossile
En revanche, toutes les énergies renouvelables ont en commun un pouvoir énergétique plus faible que celui des énergies non renouvelables, ce qui explique que leur exploitation soit, aujourd’hui du moins, moins rentable que celle des énergies polluantes..

Les 6 catégories
d’énergies renouvelables

Le concept d’indépendance énergétique

L’indépendance énergétique d’un pays se mesure en calculant le rapport entre la production et la consommation nationale d’énergie.

Chapitre 3

Les ENR au Maroc

Toutes les énergies renouvelables sont indirectement issues de l’énergie solaire : le Soleil en effet conditionne le cycle de l’eau et est donc à l’origine de l’énergie hydraulique. Le Soleil est aussi à l’origine de l’énergie éolienne provenant de l’énergie cinétique du vent lié à l’échauffement et à l’évaporation de l’eau.

Or de soleil, le Maroc est particulièrement pourvu : le Royaume se situe dans une zone bénéficiant d’un fort potentiel solaire et est bien doté en termes d’ensoleillement direct (utile pour la technologie CSP- Concentrated Solar Power). Ce potentiel est évalué à 20 000 MW, alors que seul 180 MW sont installés au Maroc en 2016.

Une source propre, gratuite et inépuisable

Le soleil constitue une source d’énergie inépuisable : les déserts de la planète reçoivent toutes les 6 heures du soleil, l’équivalent des besoins énergétiques annuels de l’homme. C’est une matière première disponible partout dans le monde, gratuite, et inépuisable. Sa transformation en énergie contribue à la réduction des gaz à effet de serre.

Des technologies variées

L’utilisation du soleil comme énergie repose sur deux principes technologiques distincts: l’énergie solaire thermique et l’énergie solaire photovoltaïque.

Cartographie des énergies renouvelables au Maroc

Le Maroc, par sa position géographique stratégique, bénéficie d’un potentiel en énergies renouvelables remarquable.

Il est le 9ème pays au monde en taux d’ensoleillement : ses 710 000 km2 bénéficient d’un ensoleillement compris entre 2 800 et 3 400 heures par an; le potentiel technique solaire national est évalué à 20 000 MW. La puissance installée du solaire au Maroc est de 180 MW en 2016.

Sur le plan éolien, le pays présente le 31ème gisement mondial. Ses 3 500 km de côtes atlantiques enregistrent des vitesses de vent entre 7,5 et 11 m/s, soit un potentiel technique estimé à 25 000 MW. La puissance installée de l’éolien au Maroc est de 800 MW en 2016.

Sur le plan hydraulique, la politique des barrages conduite depuis l’indépendance jusqu’à aujourd’hui a permis d’installer une puissance de 1 770 MW, sur un potentiel technique national de 3 800 MW.

L’exploitation de la ressource solaire pour la production d’électricité permettrait au Maroc de modifier, à terme, la composition de son mix énergétique.

Le mix énergétique d’un pays est la répartition des différentes sources d’énergies primaires consommées par ce pays pour la production d’énergie.

Aujourd’hui, le mix énergétique marocain est dominé par les hydrocarbures. L’exploitation de la ressource solaire permettra de modifier le mix énergétique du pays en réduisant la part des énergies fossiles. Par ailleurs, le Maroc s’est fixé comme objectif d’atteindre un taux de 52% de son mix énergétique issu d’énergies renouvelables à l’horizon 2030.

Chapitre 4

Masen

Une référence mondiale des anergies renouvelables

Masen, Société Anonyme à capitaux publics dotée d’un conseil d’administration et d’un conseil de surveillance, a été créée en 2010 .

La définition des missions de Masen s’articule selon trois axes :

  1. Le développement intégré d’installations d’énergies renouvelables aux meilleurs standards internationaux;
  2. La contribution à l’émergence d’une expertise nationale dans le domaine des énergies renouvelables;
  3. L’incitation au développement territorial des zones d’implantation selon un modèle durable impliquant l’économique, l’humain et l’environnemental.

Les missions de Masen ont vocation à être portées à l’échelle continentale et internationale.

Pour remplir sa mission, Masen développe une grande variété de compétences et de métiers, parmi lesquels :

Identification, conception et programmation d’unités de production d’électricité à partir de sources d’énergies renouvelables;

Évaluation des ressources en énergies renouvelables;

Réalisation des études préalables nécessaires à la qualification d’un site;

Conception, réalisation, exploitation et maintenance de ces installations (ou le pilotage de ces activités);

Contribution à la mobilisation des financements nécessaires à la réalisation et à la construction des installations ENR;

Réalisation des infrastructures nécessaires au raccordement des sites aux divers réseaux nationaux (routier, électrique, eau et télécommunications).

Masen-infographie

Changeons de mix

L’objectif de la stratégie énergétique nationale mise en œuvre en grande partie par Masen est de parvenir en 2020 à une production d’électricité d’origine renouvelable de 6000 MW (2000MW pour le solaire, 2000MW pour l’éolien et au moins 2000MW pour l’hydro)

Masen : acteur de développement par les énergies renouvelables

Le développement d’énergies propres doit s’accompagner d’une véritable démarche de développement durable.. C’est la raison pour laquelle les projets intégrés de Masen ont un niveau d’exigence maximal sur le plan de l’impact environnemental et des retombées sociales. Les actions de développement local ont pour objectif de contribuer au rehaussement du niveau de vie des régions d’implantation des sites, souvent excentrées, de maximiser l’employabilité locale lorsque les ressources le permettent, et de mener plusieurs opérations de soutien ponctuelles dans les secteurs les plus appropriés selon les régions. La finalité de l’approche locale adoptée par Masen est d’adapter ses actions au contexte socio-économique de la région d’implantation, en générant de nouvelles actions amorcées par les différentes parties prenantes aux centrales solaires, tout en maximisant les synergies qui en découlent.

Masen, acteur du Maroc de demain

Masen contribue au déploiement de la recherche appliquée et pré-opérationnelle dans le secteur solaire, toutes technologies confondues. En particulier, Masen a lancé la construction d’une plateforme Recherche & Développement implantée sur le site Noor Ouarzazate, destinée à qualifier plusieurs sous-technologies solaires tout en créant un réseau d’échange entre les industriels et les institutions de recherche.

Chapitre 5

Focus sur les centrales Noor

Qu’est ce que le plan solaire Noor?

En 2009, à l’Initiative de Sa Majesté Le Roi Mohammed VI, le Maroc a lancé un plan ambitieux, baptisé Noor, pour le développement de l’énergie solaire au Maroc. Ce plan a 3 objectifs : la sécurité d’approvisionnement, la disponibilité de l’énergie ainsi que la préservation de l’environnement.

Il s’agit de bâtir sur le territoire marocain une capacité de production d’électricité solaire de 2000 MW à horizon 2020. Pour cela, le programme englobe le développement de centrales solaires et d’écosystèmes solaires dans plusieurs régions du Maroc. Cela devrait générer des investissements de plus de neuf milliards de dollars et permettre une économie annuelle des émissions de gaz à effet de serre équivalente à 3,7 millions de tonnes de CO2.

Dans le futur, Masen a vocation à conduire la réalisation de programmes similaires, aussi bien au Maroc qu’en dehors du Royaume.
A l’échelle du territoire marocain, les sites de Midelt, Tata, Laayoune, Boujdour ont d’ores et déjà été identifiés et les études actuellement menées par Masen examinent la possibilité de sélectionner d’autres implantations.

Un plan multi-technologique

Noor se caractérise par sa dimension multi-technologique : sont associées des centrales à technologie photovoltaïque (dites « PV ») et des centrales dites « CSP ». Ces deux technologies ont des caractéristiques différentes : l’électricité produite en CSP est plus facilement stockable que celle produite en PV, mais la technologie PV est plus répandue et plus accessible que le CSP. Grâce au stockage, le CSP répond davantage aux besoins de consommation après le coucher du soleil, tandis que le PV est adapté à la consommation de jour.